Le petit ange aux yeux bleus et cheveux brun, tout couvert de blanc est venu te demander :

  • Aimes-tu les contes ?

 

 

Devant ton affirmation, il te dit :

  • Quelqu'un que tu connais  m'en a confié un à ton attention ! Écoutes…

 

 

Il neige la veille de Noël, sur Saint Quentin la Poterie. Gaston bougonne, que lui importe cette fête, c'est un jour comme un autre. Ce soir il se couchera tôt afin d'arriver plus vite à demain. Il se couvre de son vieux manteau et part toujours en bougonnant faire sa promenade du soir. Il lui en veut à ce dieu qui ne lui a pas laissé la bonne part. Il le lui dit tellement fort, que très certainement,  il l'a fâché le bon dieu. Tellement fâché que celui-ci prend la peine de lui répondre.

  • Gaston eh bien changeons de place, ce soir c'est toi le bon dieu, que vas-tu faire pour cette terre ?

 

 

Gaston se tourne et se retourne dans tous les sens. Il a bien entendu la voix, pourtant il ne voit nul être humain ni vie animale, "RIEN". Les flocons continuent leur danse dans la nuit, il est seul Gaston avec cette voix qui reprend.

  • Tu es dieu Gaston, alors que fais-tu pour cette terre ?

 

Au loin, une lumière scintille dans la nuit. Un espoir de vie pour Gaston. Il se dirige vers elle et précipitamment rentre dans l'église. Il se cogne à l'abbé mettant la main aux derniers préparatifs pour la fête de minuit.

  • Et bien !! Gaston que se passe t'il ? lui demande l'abbé, surpris de le rencontrer à cet endroit.

  • Dieu m'a parlé, monsieur l'abbé ! Il veut que je prenne sa place et que je change le monde.

 

L'abbé connaît bien Gaston, il sait qu'il est un peu bizarre mais pas méchant. Alors il l'écoute et dès qu'il se calme, doucement il le dirige vers la crèche et retourne à ses préparatifs. Gaston les yeux grands ouverts, tombe à genoux d'admiration. Cette étable où le sol et la mangeoire sont recouverts de paille le subjugue. Marie est déjà arrivée, elle attend son enfant, que l'on déposera l'heure venue dans la mangeoire. Elle remercie les bergers avec leurs agneaux, d'être un peu en avance. Les rois, comme chaque année,  n'arriveront très certainement qu'aux lueurs du jour. Devant ce tableau, Gaston le plus petit d'entre les petits, vient de saisir le message d'amour adressé aux hommes. D'un bond il se relève et retourne voir l'abbé.

  • L'abbé lui dit-il, ce soir je veux porter l'enfant !

 

L'abbé n'est pas content, c'est à lui que revient (de par sa fonction), de déposer l'enfant dans la crèche. Il insiste Gaston, tellement, que l'abbé cède en lui disant :

  • D'accord Gaston ce sera mon cadeau de Noël. Maintenant laisse moi, j'ai à faire.

 

 

Les douze coups annonçant minuit raisonnent dans Saint Quentin la Poterie. A l'intérieur de l'église, dans la nef centrale, la procession se met en mouvement. Il est fier Gaston de porter l'enfant. Il fait attention à ne pas lui faire de mal, qu'il ne tombe pas. Gaston n'a jamais porté d'enfant, c'est la première fois qu'il ressent ce bonheur. Prudemment il avance jusqu'à la crèche, dépose l'enfant dans son berceau de pauvre et la magie de Noël se réalise. Au moment ou le petit ange aux cheveux brun et aux yeux bleus fait tinter la sonnette, Gaston s'agenouille au côté de Marie, celle-ci lui tend la main.

  • Merci Joseph, cette année encore tu n'as pas douté de moi. Lui dit-elle !

 

Une heure avant minuit, veille de Noël. Joseph revit chaque année, cette éternelle question posée aux hommes. L'enfant que porte MARIE, cet enfant dont il va avoir la charge ! QUI-EST-IL ? Si en ce jour de Noël vos pas se dirigent vers la crèche, adressez à Joseph votre plus beau sourire. Surtout, si vous habitez à Saint Quentin la Poterie. J'en suis certain, ce visage ne vous sera pas inconnu. JOYEUX NOEL.(Fr@n6)